Il va falloir s’aimer à gauche

Publié le 21 juin 2019 à 10:30 | Mise à jour le 5 juin 2020

La force de LREM et du Rassemblement national
ne vient pas de la puissance de leurs idées.
Mais de leur capacité à les porter coûte que
coûte, sans risque pour eux.

De toute façon,
c’est nous qui payons la réalisation de leurs projets. Nous sommes les proies de leur système. Pourquoi ?
Parce que nous peinons à nous organiser, à nous rassembler. Nous sommes dans une spirale de l’émiettement et
les idées oiseuses deviennent vérités mortifères.
Pendant que des crypto-centristes, grimés en socialistes,
rêvaient d’une hypothétique alternance démocrates-républicains, Emmanuel Macron s’est emparé du sceptre. Il
conduit le pays sans vergogne,

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Pas une voix à gauche ne doit manquer

Pas une voix pour En Marche, ni pour le Rassemblement national, c’est notre parti pris. Ces deux mâchoires du même piège espèrent encore tirer leur épingle du jeu le 28 juin. Pas question de les laisser plastronner dimanche soir sous notre nez sur les plateaux télévisés dès vingt heures. (...)

Quelle police pour quelle république ?

Le gouvernement est-il encore en capacité de contrôler la police ? La question mérite d’être posée. Et la place des fonctionnaires doit être étudiée aussi.
La mort de George Floyd, faisant écho avec le décès d’Adama Traoré il y a quatre ans, a amené à prendre la décision de ne plus enseigner (...)

Des vieux pots dont on fait les vieilles gamelles

François Bayrou, chef du Modem et maire de Pau, avait fait figure de premier opportuniste lors des premiers élans du jeune Emmanuel Macron, alors nouveau porteur d’eau du capital. Plus nous approchons du 28 juin, plus le système s’effondre. Et plus les hommes comme Bayrou apparaissent comme les (...)

A la Une :

Vote par procuration : mode d’emploi

Un électeur absent ou empêché peut choisir un autre électeur pour accomplir à sa place les opérations de vote. Ils doivent être inscrits sur les listes électorales dans la même commune mais pas nécessairement dans le même bureau de vote. Il faut se rendre au tribunal judiciaire ou de proximité, au (...)

Lire aussi :