Le 5 décembre pour défendre nos retraites

par Franck Jakubek
Publié le 30 novembre 2019 à 13:49

Pour la plupart d’entre nous, sauf les plus jeunes, notre début dans la vie active avait été marqué par un principe. Nos droits à la retraite étaient ouverts après 37,5 annuités complètes et le calcul de notre taux de remplacement, notre retraite donc, serait calculé sur les revenus des dix meilleures années. Voilà ce qui était valable pour tous les salariés du privé. Les salariés du secteur public s’appuyaient sur leur salaire de fin de carrière, leurs six derniers mois.

Depuis que notre système de retraite par répartition a été mis en place, pas un gouvernement de droite n’a pas essayé de le démanteler. Sous Balladur, Chirac, Raffarin, ou avant avec Giscard au pouvoir. Jean-Paul Delevoye, drapé dans la redingote du brave et honnête homme, nous clame sur tous les plateaux, sur toutes les radios qu’il a trouvé, enfin, le Saint-Graal, la réforme juste. En réalité, le saint homme avait déjà manoeuvré à plusieurs reprises pour réduire à néa

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Municipales 2020 Choses dites

« Roubaix est une ville de centre gauche. En 2014 ce n’est pas la droite qui a gagné mais la gauche qui a échoué en partant en ordre dispersé. Nous tirons les leçons de cet échec. Le travail collectif a commencé il y a quasiment deux ans pour nous. Nous étions tous autour de la (...)

A la Une :

Lire aussi :