Le carton rouge doit faire carton plein

par Franck Jakubek
Publié le 24 mai 2019 à 12:08 | Mise à jour le 25 mai 2019

Le tandem de la haine, Macron et Le Pen, envahit les écrans et les ondes, inonde les pages papier et internet des journaux. Nous voilà donc au troisième tour de la présidentielle. Les deux rivaux vont encore s’affronter, comme dans tous les bons westerns fabriqués par la machine magique hollywoodienne, machine à rêves idéologiques.

Les vieilles recettes sont à l’œuvre. Et détournent l’attention des électeurs du véritable enjeu des élections européennes du 26 mai : élire des députés portés par de véritables convictions et capables de tout faire pour inverser les logiques libérales mortifères. Les attaques anticommunistes sont plus visibles à quelques jours du scrutin. La tentation d’y répondre est grande. Mais ces attaques montrent la peur du système prêt à tout pour réduire au silence la voix des

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

La machine à mentir a perdu

Dans la préparation d’un jeudi de mobilisation, quelle force faut-il aux militants syndicaux pour ne pas s’effondrer sous les coups des médias ? Avec seulement quelques minutes disponibles à la pause pour convaincre les collègues que le projet de réforme des retraites est nuisible pour la santé, (...)

Le 5 décembre pour défendre nos retraites

Pour la plupart d’entre nous, sauf les plus jeunes, notre début dans la vie active avait été marqué par un principe. Nos droits à la retraite étaient ouverts après 37,5 annuités complètes et le calcul de notre taux de remplacement, notre retraite donc, serait calculé sur les revenus des dix meilleures (...)

RÉUSSIR LE 5 DÉCEMBRE

Les Français vont-ils se laisser pressurer encore longtemps ? Notre histoire est pourtant marquée par de furieuses mêlées où les puissants sentirent passer sur leurs nuques la froideur du métal. « À Versailles ! À Versailles ! » criait le peuple de Paris allant réclamer au roi de quoi manger, de quoi (...)

A la Une :

Lire aussi :