LE PREMIER DES SERVICES POSTAUX, VOTRE FACTEUR, EST MENACÉ !

par Franck Jakubek
Publié le 28 juin 2019 à 11:38

ll n’y a qu’un homme, ou une femme, qui peut chaque matin franchir votre perron quels que soient la saison, le climat. Il fait chaque jour plus de kilomètres que la moitié d’entre nous pour aller travailler ou en revenir. Ses pas sont maintenant guidés par une machine électronique. Peut-être que certains rêvent déjà de le remplacer par d’habiles drones radioguidés.

Une forme de retour au pigeon voyageur en somme. Celui qui partait, porteur de messages, n’était pas certain de revenir. Et d’ailleurs combien de messagers n’ont-ils pas eu à souffrir des (mauvaises) nouvelles qu’ils apportaient ?

Quand elle était aérienne, elle était vibrante, cette poste- là. L’aventure humaine, et les risques en découlant, était plus forts que tout. Le courrier d’abord ! L’esprit des facteurs n’a pas changé. Vaille que vaille, contractuels

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Encore deux longues années...

Le président de l’Assemblée nationale a-t-il oublié le règlement au vestiaire de son club de golf ? Le débat sur le projet de réforme des retraites prend des dimensions ubuesques. Tout les principes fondateurs de cette réforme ont déjà été démasqués. Axa en a même remis une couche en (...)

La commune est l’affaire de tous

La plus petite des subdivisions administratives est le principal lieu d’exercice de la démocratie. Là où nous vivons, le choix du conseil communal détermine la gestion de notre quotidien, de la naissance à la mort.

Le maire et son conseil déterminent aussi une politique et font des (...)

Le pouvoir s’égare

La violence d’État n’est pas la réponse digne d’un gouvernement démocratique. Au contraire, les ministres s’usent, s’enlisent et s’embrouillent. Et les salariés, les citoyens, ne supportent plus les manœuvres visant à faire s’effondrer les mobilisations.

L’engeance soutenant Macron va trop loin. Elle (...)

A la Une :

Lire aussi :