Mantes, Nantes, ils matent et mentent ?

Publié le 1er août 2019 à 16:14 | Mise à jour le 5 juin 2020

La mort d'un jeune homme, un soir de fête de la musique à Nantes, met sa famille et la
République au désespoir. Toute la lumière devrait être faite, et les responsabilités établies.
Au lieu de ça, le Premier ministre rend une copie blanche, avec à ses côtés le premier flic de
France écrasé par défaut de conscience.

La police souffre c'est évident. Le premier des services publics, le seul qui reste pour tous
les défavorisés de la terre, est en déshérence. Les agents sont démunis, les officiers
méfiants et les syndicats retournés. Nous vivons une crise profonde, d'une haute intensité,
mettant en danger l'équilibre des pouvoirs.
La population ne respecte plus ses représentants de l'ordre. Pire, entre angoisses et
aveuglement, les différents services en charge de notre sécurit

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Edito par Robert De Ville Nos vies valent plus que vos profits

Le 18 juin dernier, les communistes lançaient un appel à la gratuité pour les masques. Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos. Les risques de contamination à la Covid-19 ne seront pas plus écartés à la rentrée. Tous les élèves, collégiens et lycéens de France (...)

Lire aussi :