Pas une voix à gauche ne doit manquer

Publié le 26 juin 2020 à 14:04

Pas une voix pour En Marche, ni pour le Rassemblement national, c’est notre parti pris. Ces deux mâchoires du même piège espèrent encore tirer leur épingle du jeu le 28 juin. Pas question de les laisser plastronner dimanche soir sous notre nez sur les plateaux télévisés dès vingt heures.

Pour toutes celles et ceux qui ont travaillé comme des damnés pendant le confinement, pour les Gilets jaunes, pour le dossier de la « réforme » des retraites, pour l’hôpital et le service public... pas question de céder un pouce de terrain à ceux qui ne défendent que leur petit camp, celui des gros actionnaires.Nous devons nous battre dans toute la région pour éviter une abstention aussi terrible que celle du premier tour. Et, en même temps, prendre toutes les précautions pour que chac

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Algérie Algérie : où en est la gauche ?

Il faut indiquer, dès le début, que c’est le même régime qui gère l’Algérie depuis le 5 juillet 1962, date de l’indépendance du pays. Le FLN, qui regroupait l’ensemble des résistants contre la colonisation, était un cartel qui partait des militants marxistes jusqu’aux tenants du conservatisme (...)

Edito par Robert De Ville Nos vies valent plus que vos profits

Le 18 juin dernier, les communistes lançaient un appel à la gratuité pour les masques. Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos. Les risques de contamination à la Covid-19 ne seront pas plus écartés à la rentrée. Tous les élèves, collégiens et lycéens de France (...)

RN On ne perd pas son temps au RN

À peine élu, le nouveau maire RN de Perpignan fait déjà polémique lors de son tout premier conseil municipal le 10 juillet. Louis Aliot a choisi comme première mesure de faire voter une hausse de ses indemnités de maire de… 17 % et cela alors même qu’en 2016, le même Louis Aliot avait critiqué le maire (...)

Somme À Bussy, un communiste remet le comte à sa place

« Nous conservons la quasi-totalité des communes gérées par des communistes ou apparentés » indique Jacky Hénin, secrétaire du PCF dans la Somme. Malgré la perte dramatique de Longueau, il relève une commune supplémentaire au soir du second tour avec Bussy-lès-Poix.
Les Amiénois(e)s se sont à nouveau (...)

Lire aussi :