Pour 1000 euros par mois

par Franck Jakubek
Publié le 15 novembre 2019 à 14:44

La réalité de la vie quotidienne commence pour la majorité des Français par la sonnerie du réveil. Suivie d’un rapide petit déj, avec, dans 90 % des cas, en bruit de fond, les infos matinales d’une quelconque radio périphérique ou les images criardes d’une matinale télé prête à vous vendre d’urgence un objet dont vous ignoriez même jusqu’au nom la seconde d’avant.

Avec enfants, ou pas, commence la course pour rejoindre, à l’heure, le lieu de travail. Pour beaucoup d’entre nous, à pied, à vélo, en train ou en auto, c’est l’heure impérative de partir au boulot. N’en déplaise à Macron, la France qui se lève tôt court toute la journée.

Si vous êtes sans-emploi, retraité ou étudiant, en plus, ou plutôt en moins, le gouvernement ne connaît pas votre vie. Même si le président Macron prétend avoir connu, ét

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

L’Enfer est pavé de bonnes intentions paraît-il...

Sous nos pas résonnent les pavés. Comme toujours, lorsqu’un gouvernement dépasse toute mesure, il n’y a pas d’autre alternative que de montrer les dents. Nous sommes ici en plein désastre.

La folle équipée macronnienne montre son vrai visage et déploie une énergie incroyable, en même temps, pour (...)

La machine à mentir a perdu

Dans la préparation d’un jeudi de mobilisation, quelle force faut-il aux militants syndicaux pour ne pas s’effondrer sous les coups des médias ? Avec seulement quelques minutes disponibles à la pause pour convaincre les collègues que le projet de réforme des retraites est nuisible pour la santé, (...)

Le 5 décembre pour défendre nos retraites

Pour la plupart d’entre nous, sauf les plus jeunes, notre début dans la vie active avait été marqué par un principe. Nos droits à la retraite étaient ouverts après 37,5 annuités complètes et le calcul de notre taux de remplacement, notre retraite donc, serait calculé sur les revenus des dix meilleures (...)

A la Une :

Lire aussi :