UN REPAS DE TROP POUR DE RUGY

par FRANCK JAKUBEK
Publié le 12 juillet 2019 à 10:25

Sous les ors de la République, l'émoi est plus fort que l’ego. Tel un paltoquet, le chantre de l'ancien régime, l'infâme François Goulet de Rugy, n'a même pas la noblesse que son nom présuppose. Il a enfilé la toge républicaine pour mieux la retourner. À son avantage, et pour les siens.

Son attitude agace, comme son sourire paisible face aux attaques dont il est l'objet depuis que le public a eu connaissance des ripailles tenues en l'hôtel de Lassay, résidence coutumière des présidents de l'Assemblée nationale. Quoi qu'en dise le ci-devant citoyen De Rugy, devenu depuis ministre de l'Écologie par une nouvelle opportunité, ses prédécesseurs ont toujours honoré les lieux, destinés au premier chef à l'accueil des personnalités avec les ho

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

La retraite parlons-en !

Le plus long mouvement social de l’histoire du mouvement ouvrier est une œuvre d’En Marche. Emmanuel Macron restera dans l’histoire pour cette prouesse. Pas pour ses performances artistiques c’est clair. La comédie mal jouée devant les autorités israéliennes à Jérusalem nous ridiculise aux yeux des (...)

Un croche-pied et hop !

Comme il doit être mal dans ses pompes, l’officier de police auteur du croche-pied dont les images tournent en boucle sur les chaînes de télévision. Et, pas seulement lui, sa famille, ses ami(e)s. En attendant, sa hiérarchie ne sait plus sur quel pied danser.

Du côté du gouvernement, de (...)

En marche à droite toute !

La société est malade. Tous les corps d’État présentent des symptômes d’effondrement. Il semble que le nouveau monde promis par Emmanuel Macron ne soit qu’un vague conglomérat des pires avatars du monde ancien.

La multiplication des affaires, la dégradation du fonctionnement (...)

A la Une :

Lire aussi :