Demain dès l’aube

Publié le 9 juillet 2020 à 19:14

Depuis le déconfinement, ils ne nous parlent que de ça. Ils ? Ce sont les grands groupes médiatiques qui n’ont eu qu’un seul mot à la bouche. Leur obsession ? Le remaniement gouvernemental promis, annoncé, préparé depuis plusieurs semaines. Si, en éducation, il est coutume d’utiliser la formule « la répétition ancre la notion », dans notre situation, la surdose médiatique crée l’overdose politique.
Les plans de licenciements s’accumulent et le président de la République change de Premier ministre.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Edito par Simon Agnoletti Bis repetita

Peut-être bien qu’en lisant ces lignes et même les articles qui ont trait à la Covid-19 vous aller avoir l’impression de redites. Peut-être même que vous aurez l’impression de retourner en 2020. Pour notre part, c’est l’impression qui se dégage quant aux atermoiements du gouvernement. Chaque pas en avant (...)

enseignants Jean Castex oublie les enseignants

Lors de son intervention télévisée, jeudi 7 janvier, le Premier ministre n’a pas dit un mot sur la vaccination des enseignants. Pas plus que le ministre de la Santé Olivier Véran. Pourtant, leur ministre de tutelle, Jean-Michel Blanquer, avait affirmé quelques jours plus tôt qu’il faisait en sorte (...)

Edito par Simon Agnoletti Insurrection au Capitole

Les images qui tournent en boucle sur les plateaux de télévision depuis mercredi soir et l’invasion du capitole par quelques centaines de militants d’extrême droite supporters de Trump inquiètent à juste titre. Si l’objectif de Trump n’était pas celui de renverser le pouvoir (...)

Armentières Grève contre le PSE de Griss Emerson

La plupart des 192 salariés de l’usine Griss Emerson, à Armentières, étaient en grève ce mercredi 9 décembre. Ils protestaient contre la suppression de 80 emplois (40 % de l’effectif). La direction a refusé une proposition de l’intersyndicale CFDT-FO-CGT qui permettrait de sauvegarder 25 postes en (...)

Lire aussi :