Demain dès l’aube

Publié le 9 juillet 2020 à 19:14

Depuis le déconfinement, ils ne nous parlent que de ça. Ils ? Ce sont les grands groupes médiatiques qui n’ont eu qu’un seul mot à la bouche. Leur obsession ? Le remaniement gouvernemental promis, annoncé, préparé depuis plusieurs semaines. Si, en éducation, il est coutume d’utiliser la formule « la répétition ancre la notion », dans notre situation, la surdose médiatique crée l’overdose politique.
Les plans de licenciements s’accumulent et le président de la République change de Premier ministre. Pour un virage social ? Une relance de l’économie par l’augmentation des salaires ? Une diminution du temps de travail pour mieux le répartir ? Le virage social ne viendra pas. Emmanuel, Manu pour les pensionnaires des palaces et des banques d’affaires, choisit Jean Castex comme Premier ministre. Un Sarkozyste pur sucre pour accélérer la liquidation de notre modèle social ; mais attention, un Sarkozyste peut en cacher un autre, et voilà Roselyne Bachelot quittant les plateaux TV pour se retrouver à nouveau dans un ministère. Décidément, le nouveau monde a le goût du réchauffé ! Tout changer pour que rien ne change, voilà en quelques mots le programme qui nous a été concocté cette semaine sur les chaînes d’infos en continu. Et le vide atteint son paroxysme quand vient l’interview de l’enseignante de CP de Jean Castex... On pourrait en rire si les affaires de ce pays n’étaient pas si sérieuses... Un cap politique ? Une feuille de route ? Le Premier ministre ne peut trop en dévoiler les contours tant que le Président ne se sera pas exprimé le 14 juillet.
Quel triste spectacle que celui d’une cinquième République ne reposant que sur un monarque se projetant sur sa prochaine élection et laissant las, cois, en colère mais groggy les citoyens français. Alors nous revient en mémoire cette phrase de Georges Marchais : « Moi je ne sors pas de l’ENA, je suis un ouvrier, moi je travaille, je ne viens pas les mains vides », et renaît cet espoir, celui de l’intelligence collective, de ceux qui produisent, qui font la France chaque jour. Ceux qui hier étaient nos héros et que nous devons, demain et dans les années à venir, porter au pouvoir pour changer radicalement cette société et effectuer un véritable remaniement politique !

Ces articles peuvent vous interesser :

À droite toute

Le nouveau capitaine du navire France, le Premier ministre Jean Castex, s’appuie sur son ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, pour virer à tribord. C’est ce qui est clairement apparu samedi 25 juillet lors de leur voyage à Nice au lendemain d’une fusillade dans un quartier populaire. Gérald (...)

Votre canard en quatorzaine

L’été avançant, il est temps pour votre canard préféré de prendre quelques jours de repos. Pas de panique, ce n’est ni le coronavirus ni une mesure sanitaire exceptionnelle mais le besoin pour toute l’équipe du journal de recharger ses batteries avant d’attaquer une rentrée sur les chapeaux de (...)

Un Ségur qui ne peut en conter

Les chiffres, exprimés en milliards, ont beau donner le tournis et le gouvernement peut répéter à l’envi que jamais un aussi gros effort n’ a été fait en direction de la santé, le Ségur s’est achevé en laissant les soignants et leurs représentants syndicaux sur leur faim.Le protocole d’accords du (...)

Nos vies valent plus que vos profits

Le 18 juin dernier, les communistes lançaient un appel à la gratuité pour les masques. Depuis lundi, le port du masque est devenu obligatoire dans les lieux publics clos. Les risques de contamination à la Covid-19 ne seront pas plus écartés à la rentrée. Tous les élèves, collégiens et lycéens de France (...)

Médailles et représailles

Quelle belle idée que ces médailles attribuées par Jupiter, ce 14 juillet à Paris. Celles et ceux qui ont tenu le pays au plus fort de la crise sanitaire, à commencer par les soignants, ont apprécié.
En fait certaines et certains ont vraiment apprécié ce qu’ils nomment une « reconnaissance » (...)

A la Une :

Formule estivale L’été en Liberté

À compter du 10 juillet, votre hebdomadaire vous propose quatre pages estivales consacrées au tourisme régional en Hauts-de-France, au sport, à la lecture et, de manière plus générale, aux loisirs pour toutes et tous. Liberté Hebdo ne fait donc pas de cure d’amaigrissement et garde ses vingt pages. (...)

Lire aussi :