Accueil  >  idées  >  Edito
Edito

La marche en avant

Publié le 16 novembre 2018 | Mise à jour le 18 novembre 2018

Comme dans une mauvaise chanson de Michel Sardou, la France de Macron déroule son tapis rouge aux appétits financiers. Quelle que soit la réalité des besoins de la population, les riches restent servis en premier. La classe dominante n’a plus de frein.
Les digues semblent définitivement rompues. Un esprit ligueur, querelleur va-t-il en tirer profit ? La France se prépare à porter le gilet jaune. Mais quelle France ? Celle du peuple saturé, enragé d’être rongé par le capital

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

LA COLÈRE POPULAIRE DOIT SE RASSEMBLER

Nous avons été témoins le 5 février d’une nouvelle étape dans le mouvement social. A l’appel de la CGT et de plusieurs organisations syndicales, des manifestations avec les Gilets jaunes ont pu se dérouler dans la semaine. Un glissement temporel mais ô combien significatif. (...)

Les gros sous d’abord

Pour les plus pauvres, les meilleures perspectives d’amélioration du pouvoir d’achat donnaient environ 0,8 % d’augmentation pour 2019. Autant dire une paille, des miettes, mais pas de quoi se réjouir pour ce début d’année. Une nouvelle, encore plus mauvaise, revient en boucle depuis (...)

Les libéraux, clowns tristes du capital

Enfants, nous avons tous ri des facéties d’Achille Zavatta. Adultes, les clowns de la télévision moderne rendent bien terne le paysage audiovisuel. Hanouna est devenu la nouvelle icône du PAF. Pour mieux entretenir l’habitude de nos concitoyens à se contenter de ces rendez-vous de divertissement pour (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :