Les gros sous d’abord

par Franck Jakubek
Publié le 2 février 2019 à 14:42

Pour les plus pauvres, les meilleures perspectives d’amélioration du pouvoir d’achat donnaient environ 0,8 % d’augmentation pour 2019. Autant dire une paille, des miettes, mais pas de quoi se réjouir pour ce début d’année. Une nouvelle, encore plus mauvaise, revient en boucle depuis quelques jours.

Un double effet d’entraînement après le vote en octobre de la loi alimentation montre une envolée des prix extraordinaires dans la grande distribution. A partir du 1er février, les prix font des bonds dans les rayons des super et hypermarchés. Les hausses, principalement sur des produits issus de l’industrie agro-alimentaire, sont de 5 à 8 % en moyenne.

Sous couvert de bien rémunérer les producteurs, la préservation des marges à la fois des industriels et des dist

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

DES FUITES MAIS PAS UNE CERTITUDE

Il a été privé d’allocution mais a su faire passer ses messages. Le président de la République peut, comme chacun d’entre nous à différents degrés, être ému de l’incendie de Notre-Dame de Paris. C’est un drame historique. Mais, il ne doit pas oublier que le pays n’a pas besoin d’une nouvelle fable à suivre. (...)

Entre brouillard et fadaises

Pour pouvoir bien respirer dans la région, il faut s’éloigner des centres-villes. Amiens, Calais, Creil ou Saint-Quentin présentaient mercredi une qualité d’air médiocre, voire mauvaise. A Lille, comme sur le reste du département du Nord, l’alerte pollution était levée jeudi.

Les principales causes (...)

Y ALLER OU NE PAS Y ALLER

Il y a le ciel, le soleil et Emmanuel Macron. Ou plutôt, à force de focaliser sur le président de la République, nous ne voyons plus la réalité. Comme François Hollande, l’éternel revenant, qui prétend que son ancien protégé n’a mené aucune réforme. C’est vrai. Et c’est faux. Ce n’est pas lui qui vote à (...)

A la Une :

Lire aussi :