Les lions payés à la prime

par Franck Jakubek
Publié le 1er mars 2019 à 12:34 | Mise à jour le 3 mars 2019

Peugeot soigne ses salariés avec une prime d’intéressement exceptionnelle. Et le message qui tourne en boucle est très clair : les actionnaires seront bien servis aussi. Comme si actionnaires et salariés étaient sur le même pied. Une égalité nouvelle, gagnée sans combat ? Une belle opération de communication en tout cas. Les salariés ne vont pas se plaindre d’avoir un coup de pouce sur leurs revenus.

La question principale, et que le patronat fuit toujours, c’est la forme du versement. Une prime reste une prime. Cela n’a jamais la même valeur qu’un salaire, avec ses cotisations, et les droits qui en découlent. Verser un intéressement qui correspond à la valeur de trois SMIC en moyenne est la preuve que les attentes sur les salaires peuvent être entendues.

Tout est affaire de doctrine, de choix et de volonté. Celle des directions d’entreprises est

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

DES FUITES MAIS PAS UNE CERTITUDE

Il a été privé d’allocution mais a su faire passer ses messages. Le président de la République peut, comme chacun d’entre nous à différents degrés, être ému de l’incendie de Notre-Dame de Paris. C’est un drame historique. Mais, il ne doit pas oublier que le pays n’a pas besoin d’une nouvelle fable à suivre. (...)

Entre brouillard et fadaises

Pour pouvoir bien respirer dans la région, il faut s’éloigner des centres-villes. Amiens, Calais, Creil ou Saint-Quentin présentaient mercredi une qualité d’air médiocre, voire mauvaise. A Lille, comme sur le reste du département du Nord, l’alerte pollution était levée jeudi.

Les principales causes (...)

Y ALLER OU NE PAS Y ALLER

Il y a le ciel, le soleil et Emmanuel Macron. Ou plutôt, à force de focaliser sur le président de la République, nous ne voyons plus la réalité. Comme François Hollande, l’éternel revenant, qui prétend que son ancien protégé n’a mené aucune réforme. C’est vrai. Et c’est faux. Ce n’est pas lui qui vote à (...)

A la Une :

Lire aussi :