Un grand blond avec une chaussure noire

par Franck Jakubek
Publié le 22 février 2019 à 12:26 | Mise à jour le 3 mars 2019

De quoi Benalla est il le nom ? Mieux que les Irlandais de Vincennes ou que la cellule antiterroriste de l’Elysée en leur temps, il défraie la chronique depuis juillet 2018 quasiment sans interruption. Au plus haut sommet de l’Etat, un simple individu est le révélateur du dysfonctionnement de nos institutions.

Nous n’en savons toujours pas plus sur les centaines de personnes qui ont perturbé le défilé du Premier Mai à Paris. Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, des individus plus ou moins organisés viennent systématiquement pour en découdre avec la police et s’en prendre aux symboles de la République. En face, les répliques policières fusent, sans que réponse soit donnée aux revendications des manifestants. La violence d’Etat s

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

DES FUITES MAIS PAS UNE CERTITUDE

Il a été privé d’allocution mais a su faire passer ses messages. Le président de la République peut, comme chacun d’entre nous à différents degrés, être ému de l’incendie de Notre-Dame de Paris. C’est un drame historique. Mais, il ne doit pas oublier que le pays n’a pas besoin d’une nouvelle fable à suivre. (...)

Entre brouillard et fadaises

Pour pouvoir bien respirer dans la région, il faut s’éloigner des centres-villes. Amiens, Calais, Creil ou Saint-Quentin présentaient mercredi une qualité d’air médiocre, voire mauvaise. A Lille, comme sur le reste du département du Nord, l’alerte pollution était levée jeudi.

Les principales causes (...)

Y ALLER OU NE PAS Y ALLER

Il y a le ciel, le soleil et Emmanuel Macron. Ou plutôt, à force de focaliser sur le président de la République, nous ne voyons plus la réalité. Comme François Hollande, l’éternel revenant, qui prétend que son ancien protégé n’a mené aucune réforme. C’est vrai. Et c’est faux. Ce n’est pas lui qui vote à (...)

A la Une :

Lire aussi :