Pour Bertrand Tavernier

par JEROME LEROY
Publié le 2 avril 2021 à 11:05

Bertrand Tavernier, mort jeudi 25 mars, était un des cinéastes les plus chers à mon cœur. J’ai pu le rencontrer un peu longuement en mai 2010. J’étais à Perpignan pour un festival de polar. Tavernier était venu pour une projection de son adaptation de James Lee Burke, Dans la brume électrique, son seul film américain. Le modérateur prévu avait fait défaut et ma réputation bien exagérée de cinéphile a couru chez les organisateurs. Je me suis donc retrouvé à l’interroger de manière improvisée.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous