Rien à signaler sur la planète finance

par ERIC BOCQUET
Publié le 25 janvier 2019 à 10:42

La Commission des Finances du Sénat recevait en audition la semaine dernière un certain FVDG. Cet acronyme ne vous dit sans doute pas grand-chose, et pourtant, fidèles lecteurs, son cas a déjà été évoqué ici-même en 2015.

Il s’agit de monsieur François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France par la volonté du président de la République de l’époque, un certain François Hollande, grand pourfendeur de son adversaire absolu, à savoir le « monde de la finance ». FVDG, avant de devenir gouverneur de la BdF, fut pendant de très nombreuses années directeur délégué général de la BNP Paribas, première banque d’Europe.

Ces auditions sont l’occasion de faire un tour d’horizon de l’état de santé

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Atterrissage et malentendus...

Nous sommes enfin arrivés au terme du « grand débat national », les conclusions viennent d’être tirées et chacun attend avec impatience les propositions de Jupiter. A l’approche de Pâques, peut-être en espère-t-il une forme de résurrection politique…

Chacun en convient, les attentes sont fortes : justice (...)

Démocratie parlementaire

Il m’est souvent arrivé dans ce billet de dénoncer la limitation du pouvoir du parlement dans cette République. La période Macron ne semble pas partie pour améliorer cette situation. Le sujet a déjà été évoqué ici et la démonstration de la longue liste des verrous mis en place dans nos institutions afin de (...)

Big Brother…

Chacun connaît sans doute cette expression tirée du roman de George Orwell 1984 , « Big Brother is watching you », le grand frère te surveille, littéralement. Ce roman fut publié en 1949. Big Brother, dans cette œuvre, c’est l’image de ce régime policier et totalitaire de la société de la surveillance (...)

Béthune-Beuvry Des moyens pour le centre hospitalier

Plus de 400 personnes se sont rassemblées devant le centre hospitalier de Béthune le 5 février à l’occasion de la journée de grève interprofessionnelle. Cet hôpital de proximité n’en finit pas de subir des logiques comptables mises en œuvre par l’Agence régionale de santé.

Après avoir subi en 2018 la (...)

A la Une :

Lire aussi :