Mais où est passée la 6e vague ?

par Lydie LYMER
Publié le 1er juillet 2022 à 13:48

En janvier dernier, Emmanuel Macron jugeait « irresponsables » les personnes refusant le vaccin contre le Covid. Et « un irresponsable n’est plus un citoyen ». Il avait « très envie de les emmerder », les non-vaccinés.
Tout un programme, en pleine campagne présidentielle, que de redéfinir la citoyenneté !
Le citoyen dispose de droits civils, politiques et de libertés essentielles. S’il a aussi des devoirs, ses obligations ne s’étendent pas au respect d’un calendrier vaccinal.
En quoi refuser une vaccination non inscrite dans la loi serait passible d’être déchu de sa citoyenneté ?
Parce que le président a décrété que nous étions « en guerre », chaque soldat devrait remplir son service vaccinal ? Au nom d’une loi martiale ?
Mi-mars, en pleine 5e vague, alors que les objectifs sanitaires fixés n’étaient pas atteints, le retrait du masque a été acté. Aucun lien avec les élections, non non ! Pour les législatives, Emmanuel Macron répétait qu’« aucune voix ne doit manquer à la République ». Laquelle ? Celle qui est en marche vers de nouveaux horizons ? Le porte-parole du gouvernement clairon- nait que le droit de vote étant inscrit dans la Constitution, « rien ne saurait interdire à une personne d’aller voter ». Même à une personne contaminée.
On est très loin d’emmerder les non-vaccinés quand il s’agit de mendier leurs voix. Mais c’est reparti, et la marée monte directement de la 5e à la 7e vague.
On comptabilise près de 55 000 nouveaux cas par jour. Les admissions en soins cri- tiques sont en hausse de 12 % malgré la couverture vaccinale.
Mais « si tout va bien, nous disposerons de quatre nouveaux vaccins à l’automne », selon le président du Conseil de la stratégie vaccinale. Bonne nouvelle pour les laboratoires !
Reste à convaincre la population. Car les études récentes convergent. Les vaccins contre le Covid augmentent le risque cardio-vasculaire : péricardites, myocardites, thromboses, arrêts cardiaques.
Alors « les mesures actuelles suffisent », selon Brigitte Bourguignon, qui ne pense pas « que l’obligation vaccinale soit absolue ».
Battue sur la 6e circonscription du Pas-de-Calais, elle refilera le bébé au nouveau ministre de la Santé. Pas folle, la guêpe. Juste un peu piquée.