Maubeuge : le nouveau centre hospitalier accueille ses premiers patients

par Lydie LYMER
Publié le 15 octobre 2021 à 11:01

69 millions d’euros. Ce n’est pas le prix d’un clair de lune à Maubeuge, mais celui de son nouvel hôpital. Le bâtiment a fière allure. 34 000 m² répartis sur quatre niveaux. De l’espace et du volume. L’établissement répond aux normes environnementales RT2012 améliorées de 20 % pour ce qui est de la gestion de l’eau et des consommations d’énergies. Mais le compte n’y est pas. La capacité d’accueil est de 265 lits, au lieu des 379 actuels. Et où sont passés les 120 lits d’Ehpad et les 129 places d’hébergement, dont 80 pour le centre d’accueil médico-social de proximité ?
Malgré la pandémie et le manque cruel de places à l’hôpital, les autorités continuent les restructurations sans tirer d’enseignements de la crise sanitaire.
Alors qu’Emmanuel Macron multipliait les promesses en faveur de la santé, 5 700 lits ont été supprimés en 2020 au plan national. 25 établissements ont été fermés.
La Fédération hospitalière de France évalue à deux millions le nombre d’opérations et d’examens de dépistage reportés entre mars et juin 2020. La Ligue nationale contre le cancer alerte sur une surmortalité attendue de 3 500 à 5 000 décès par an dans les cinq ans à venir. Les transplantations ont diminué. Le nombre d’années de vie perdues est estimé à 38 000 pour les patients en attente de greffe. Le suivi des pathologies chroniques comme le diabète a été négligé, générant des complications. Le stress dû aux confinements successifs et leur cortège de violences conjugales ou de maltraitance à enfant affectent la santé mentale des Français. Des impacts de formes graves du Covid sur le système cardio-vasculaire, neurologique ou respiratoire commencent à être décrits. Nul ne peut prédire quels seront les besoins en matière d’accès aux soins à l’avenir. Fermer des lits dans ce contexte est une folie.