« Non ! » à la privatisation des 610 millions d’euros de bénéfices d’ADP

par ANDRE CICCODICOLA
Publié le 21 juin 2019 à 09:30

La décision de privatiser la société nationale ADP (Aéroports de Paris), prise par le président de la République Emmanuel Macron et le Premier ministre Édouard Philippe, a provoqué la levée de boucliers de 248 parlementaires des deux Assemblées issues de la gauche et de la droite républicaine (sauf ceux de LREM).

Ce n’est pas le premier scandale imposé à notre pays, mais dans notre histoire, peu d’événements ont provoqué un tel front républicain. Dans la plupart des cas, il s’agissait de drames comme les attentats meurtriers contre l’équipe de Charlie , ou ceux de novembre 2015.

Ce bien commun, dont les citoyens possèdent 50,5 % des parts, est un fleuron de notre patrimoine économique. La qualité des services assurés par tous les personnels, pour toutes les opérations aéroportuaires, en fait un modèle. On veut son savoir-faire dans le monde ent

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Alors Manu ça ruisselle ?

Le premier acte important d’Emmanuel Macron, comme président de la République, fut de supprimer l’impôt sur la fortune (ISF ) en le transformant en partie en impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ce geste était un renvoi d’ascenseur pour ceux qui avaient soutenu et financé sa campagne. Il (...)

Le pavé dans la mare et la pétition…

C’est un nouveau pavé que Thomas Piketty vient de lancer dans la mare du capitalisme et celle des systèmes économico-politiques antérieurs, marqués du sceau de l’appropriation des richesses par la classe de possédants et par l’empreinte des inégalités. Les vagues qu’il est en mesure de provoquer tiennent (...)

A la Une :

Lire aussi :