Les prédateurs...

par ANDRE CICCODICOLA
Publié le 12 avril 2019 à 16:48 | Mise à jour le 14 avril 2019

Le nom de Denis Kessler ne parle pas à tout le monde. Pourtant, ses faits et gestes ont des conséquences sur la vie quotidienne. Et ça ne date pas d’hier. C’est au nom d’un maoïsme d’opérette et d’une appétence insatiable à casser du communiste siglé PCF qu’il a fait son Mai 68. Il était de ceux qui appelaient à mettre Paris à feu et à sang. Casqué, camouflé derrière un foulard, il n’a pas dû céder sa place quand il s’agissait de balancer un pavé ou un cocktail Molotov sur la police. Ce fameux printemps passé, l’Assemblée nationale pleine comme un œuf de députés de droite portés par la peur de la France profonde, il est passé à autre chose…

Quelques années plus tard et de solides études économiques en poche, il a retourné définitivement sa veste Mao et troqué son Levi Strauss devenu trop étroit pour un trois-pièces conforme à son rôle de business man [1]. Il épousa la cause capitaliste avec une telle ardeur que ses pairs le portèrent à la tête du Medef, le syndicat du patronat. «  Le profit d’abord  » est désormais sa philosophie.

Avec lui, la fin justifie tous les moyens, notamment «  de défaire méthodiquement le programme du CNR » (Conseil national de la Résistance) élab

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1(1) Patron de la société de réassurance SCOR, Denis Kessler a touché près de 9 millions en moyenne au cours des trois dernières années.

Ces articles peuvent vous interesser :

L’incendie, le milliardaire et le smicard

L’incendie qui a ravagé Notre-Dame de Paris a provoqué une sidération nationale. Cet ébranlement interpelle. Il faudra sans doute du temps pour comprendre la profondeur du phénomène qui dépasse la seule émotion. Il va au-delà du sacré qu’incarne la cathédrale.

Notre-Dame de Paris est un livre de pierres (...)

Paroles d’experts

Le prédicateur suisse Tariq Ramadan était présent lors du débat organisé par Madjid Messaoudène conseiller municipal mélanchoniste de Saint-Denis dans le 9-3. Thème de la soirée « la violence faite aux femmes au quotidien ». Un domaine où le prédicateur fait figure d’expert. En effet, il est actuellement (...)

A la Une :

Lire aussi :