« Touche pas au grisbi,s... ! »

par ANDRE CICCODICOLA
Publié le 31 mai 2019 à 09:00

On a beau dire, on a beau faire, les membres du gouvernement Macron et le Président lui-même sont d’indécrottables fervents de l’exploitation de l’humain par l’humain. Nous en tenons une nouvelle preuve avec l’affaire du burn-out, encore appelé « syndrome de l’épuisement ».

L’Organisation mondiale de la santé (OMS), institution spécialisée des Nations unies dont le noble but est d’amener tous les peuples au niveau de santé le plus élevé possible, vient de décréter le burn- out maladie professionnelle. Réunis à Genève, ses experts l’ont décrit comme « un syndrome résultant d’un stress chronique au travail qui n’a pas été géré avec succès » , « un sentiment d’épuisement », « des sentiments négativistes liés au travail » provoquant « une efficacité professionnelle réduite ». Pour préciser ses propos et couper court à toute contestation visant à nier le lien existant entre cette maladie et le

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Alors Manu ça ruisselle ?

Le premier acte important d’Emmanuel Macron, comme président de la République, fut de supprimer l’impôt sur la fortune (ISF ) en le transformant en partie en impôt sur la fortune immobilière (IFI). Ce geste était un renvoi d’ascenseur pour ceux qui avaient soutenu et financé sa campagne. Il (...)

Le pavé dans la mare et la pétition…

C’est un nouveau pavé que Thomas Piketty vient de lancer dans la mare du capitalisme et celle des systèmes économico-politiques antérieurs, marqués du sceau de l’appropriation des richesses par la classe de possédants et par l’empreinte des inégalités. Les vagues qu’il est en mesure de provoquer tiennent (...)

A la Une :

Lire aussi :