Coup d’Etat ou révolution du coeur ?

par Philippe Allienne
Publié le 21 juin 2019 à 10:56

«  Personne ne peut comprendre ce qu’il se passe en Algérie s’il n’y est allé vendredir au moins une fois ». La phrase est d’un Algérien de Lille qui s’est fondu dans une des manifestations qui donne, chaque vendredi, un visage révolutionnaire à Alger et à l’Algérie toute entière.

« Vendredir », ou « vendredire » c’est comme l’on voudra, est un néologisme qui a surgi au sein de ces manifestations qui ont démarré en février. Il s’agissait alors de demander le départ du président Bouteflika qui entendait se présenter à un cinquième mandat. L’humour algérois est toujours présent, même aux pires moments.

Surtout aux pires moments. Au début des années 80, lorsque les islamistes commençaient à montrer leur bêtise et leur cruauté en s’attaquant au visage des

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Sont-ils fous ces bourgeois !

C’est parce qu’ils ne voulaient pas laisser le terrain à la droite et à l’extrême droite qu’Emmanuel Macron, et son calamiteux gouvernement, s’attaquent une fois de plus à l’immigration. Comme c’est facile. Ces joueurs de poker menteur s’adaptent et trichent à tout va.

Ainsi apprenons-nous un jour que la (...)

Le bruit de bottes au Chili ravive d’affreux souvenirs

Le claquement des bottes militaires, à Santiago du Chili et dans de nombreuses autres villes du pays, résonne étrangement. Pour celles et ceux qui étaient encore lycéens, étudiants ou jeunes travailleurs en 1973, le coup d’État du général Pinochet restera le symbole de la force impérialiste états-unienne (...)

A la Une :

Lire aussi :