Passeurs de mémoire contre jeunes cons

par Philippe Allienne
Publié le 24 mai 2019 à 12:55

La campagne électorale pour les Européennes a donné à voir un festival inédit d’anticommunisme. La liste conduite par Ian Brossat est la cible préférée du marketing journalisme. Le service public, France Télévisions en tête, aura été le premier à dégainer son arme anti-partis-minoritaires et par la même occasion anti-communiste en évitant soigneusement d’inviter Ian Brossat, ou en le marginalisant.

Pas de bol, leur stratégie s’est montrée contre-productive quand le candidat communiste a crevé l’écran, réveillant les observateurs les plus avachis dans leur peur du bolchevisme rampant. Ils découvraient que l’enfumage habituel ne fait pas le poids face à des idées clairement et calmement exposées. Mais la lutte n’a de cesse de continuer. Si l’on cherche à lui interdire, ou à lui restreindre l’entrée sur les plateaux, Ian Brossat ne peut faire l’économie des canaux

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Sont-ils fous ces bourgeois !

C’est parce qu’ils ne voulaient pas laisser le terrain à la droite et à l’extrême droite qu’Emmanuel Macron, et son calamiteux gouvernement, s’attaquent une fois de plus à l’immigration. Comme c’est facile. Ces joueurs de poker menteur s’adaptent et trichent à tout va.

Ainsi apprenons-nous un jour que la (...)

Le bruit de bottes au Chili ravive d’affreux souvenirs

Le claquement des bottes militaires, à Santiago du Chili et dans de nombreuses autres villes du pays, résonne étrangement. Pour celles et ceux qui étaient encore lycéens, étudiants ou jeunes travailleurs en 1973, le coup d’État du général Pinochet restera le symbole de la force impérialiste états-unienne (...)

A la Une :

Lire aussi :