Sont-ils fous ces bourgeois !

par Philippe Allienne
Publié le 8 novembre 2019 à 09:48

C’est parce qu’ils ne voulaient pas laisser le terrain à la droite et à l’extrême droite qu’Emmanuel Macron, et son calamiteux gouvernement, s’attaquent une fois de plus à l’immigration. Comme c’est facile. Ces joueurs de poker menteur s’adaptent et trichent à tout va.

Ainsi apprenons-nous un jour que la classe ouvrière n’existe plus, qu’il n’y a donc plus de lutte des classes (sauf qu’elle est gagnée par les classes riches, selon Warren Buffet) et qu’il n’est donc plus besoin d’un clivage droite-gauche. La logique pourrait sembler imparable. Sauf que, s’il n’y a plus ni gauche, ni droite, pourquoi est-il besoin de se démarquer de l’une ou de l’autre ? N’y aurait-il plus qu’une extrême droite, comme semble le suggérer

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Et pourquoi pas un autodafé ?

La photo, en page région de La Voix du Nord, renvoie à quelque chose d’atroce. Sur le sol, des livres aux pages arrachées, déchirées, froissées, piétinées.

Catastrophe naturelle ? Livres envoyés au pilon suite à une erreur d’impression ? Non. Ces livres ont été détruits volontairement. Ils ont subi une (...)

Le bruit de bottes au Chili ravive d’affreux souvenirs

Le claquement des bottes militaires, à Santiago du Chili et dans de nombreuses autres villes du pays, résonne étrangement. Pour celles et ceux qui étaient encore lycéens, étudiants ou jeunes travailleurs en 1973, le coup d’État du général Pinochet restera le symbole de la force impérialiste états-unienne (...)

A la Une :

Lire aussi :