L’été en poésie

par JEROME LEROY
Publié le 19 juillet 2019 à 13:07

Pour l’été, Jérôme Leroy propose aux lecteurs de Liberté Hebdo un poème par semaine, soit huit au total. Ces textes, dont certains ont été lus par Jacques Bonnaffé sur France Culture, sont extraits de son dernier recueil : Nager vers la Norvège (Table Ronde, 2019).

À Éric Poindron

Avec mon nom dans la marge

une histoire de conquistadors

avec des clichés



je ne devrais pas fouiller dans les cartons

chez ma mère



je cherchais quoi je n’en sais rien

mais pas cette copie vieille de trente-six ans

en tout cas



je cherchais du passé sans doute

comme on va chercher du pain



le professeur qui a corrigé

doit être mort



j’aimais bien le français

et je l’aimais bien lui

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Pourtant, jusque-là, c’était plutôt drôle...

On n’a pas tellement envie de parler de ce qui est arrivé à Benjamin Griveaux. D’abord parce que ce n’est pas arrivé seulement à Benjamin Griveaux, c’est arrivé à nous tous, en tant que citoyens d’une démocratie. On peut, ce qui était notre cas, trouver que Griveaux incarnait le (...)

L’obscénité tranquille

Ils n’ont décidément rien compris ou, s’ils ont compris, c’est pire. Une proposition de loi du député du Nord Guy Bricout, UDI-AGIR, pourtant macrono-compatible, a été repoussée dans l’hémicycle le 30 janvier par le gouvernement, suivi par les groupes LREM et Modem dans leur quasi totalité.

Le député (...)

La vieillesse n’est pas (forcément) un naufrage

Robert Badinter, c’était l’idole de mes quinze ans, avec Gilles Perrault. Des hommes libres avec des combats courageux dans la France du giscardisme terminal qui commençait à se durcir singulièrement puisqu’il allait bien falloir plaire à ses obligés et compenser la baisse (...)

A la Une :

Lire aussi :