La paille de Chantal Jouanno et la poutre du CAC 40

par JEROME LEROY
Publié le 23 janvier 2019 à 17:08

La chasse à Chantal Jouanno est ouverte. La présidente de la Commission nationale du débat public (CNDP) a tout de la victime expiatoire de la crise actuelle, celle des Gilets jaunes mais aussi celle d’un président de la République aux abois qui tente une diversion en lançant lui-même un grand débat à condition que les Français invités à débattre ne viennent surtout pas contrarier son grand dessein de « modernisation libérale ».

On pourra discuter de tout, à condition de ne pas remettre en question ce qui a déclenché la crise : les inégalités qui se sont creusées et qui ont rendu difficile et humiliante la vie, ou plutôt la survie quotidienne de millions de Français qui se battent chaque jour, et souvent sans succès, pour ne pas passer du mauvais côté de la frontière qui sépare la classe moyenne de la pauvreté pure et simple alors que pourtant... ils travaillent.

Chantal Jouanno

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Abus de langage

Il y a quelque chose de frappant dans les démocraties libérales qui règnent sur la presque totalité de la planète. Elles se présentent comme les seuls régimes garants des libertés individuelles. Elles prennent pourtant à l’occasion des formes bien étranges. Elles s’accommodent de gouvernements fascisants (...)

Le bruit des éoliennes et celui des Gilets jaunes

On devrait proposer ce jeu dans les ateliers d’écriture : « Toi aussi, invente le mensonge le plus gros possible sur le sujet de ton choix. » On vient en effet d’apprendre, par le biais du Washington Post que Donald Trump, depuis son élection, a menti 9451 fois. Le journal a arrêté son décompte au (...)

Écologie ? Oui mais laquelle ?

C’est Le Figaro, célèbre journal écolo-bolchévique, qui annonçait dans son édition du 12 mars que la pollution de l’air faisait 790 000 morts par an en Europe dont 67 000 en France, estimation « plus pessimiste que jamais ».

Faut-il que la situation soit grave pour qu’un journal de droite ne puisse la (...)

A la Une :

Lire aussi :