La vieillesse n’est pas (forcément) un naufrage

par JEROME LEROY
Publié le 7 février 2020 à 10:44

Robert Badinter, c’était l’idole de mes quinze ans, avec Gilles Perrault. Des hommes libres avec des combats courageux dans la France du giscardisme terminal qui commençait à se durcir singulièrement puisqu’il allait bien falloir plaire à ses obligés et compenser la baisse tendancielle du taux de profit en organisant le chômage de masse. Le combat commun de ces deux-là, parmi d’autres, c’était contre cette barbarie légale qu’était la pei

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

L’obscénité tranquille

Ils n’ont décidément rien compris ou, s’ils ont compris, c’est pire. Une proposition de loi du député du Nord Guy Bricout, UDI-AGIR, pourtant macrono-compatible, a été repoussée dans l’hémicycle le 30 janvier par le gouvernement, suivi par les groupes LREM et Modem dans leur quasi totalité.

Le député (...)

Le pouvoir s’égare

La violence d’État n’est pas la réponse digne d’un gouvernement démocratique. Au contraire, les ministres s’usent, s’enlisent et s’embrouillent. Et les salariés, les citoyens, ne supportent plus les manœuvres visant à faire s’effondrer les mobilisations.

L’engeance soutenant Macron va trop loin. Elle (...)

Macron, où est ta victoire ?

Il apparaît de plus en plus manifeste que Macron fait vivre la France dans un état de crise sociale permanente. Le candidat, qui avait été élu comme un homme nouveau qui allait moderniser le pays, se retrouve, littéralement, en état de siège. Après les Gilets jaunes, la grève contre la réforme des (...)

A la Une :

Lire aussi :