Le chant du monde selon Ron Rash

par LEROY JEROME
Publié le 17 mai 2019 à 11:59

ll y a un vrai bonheur à lire Ron Rash. Cet écrivain américain est poète et auteur de romans noirs. C’est la même chose : une question d’angle de tir, de capacité à saisir la réalité du monde derrière les apparences,à la restituer dans un mélange déroutant par la précision car la poésie est aussi précise qu’une intrigue de roman noir, et par la sensation car un bon roman noir, comme un poème, laisse après sa lecture, une saveur ou une couleur qui tient longtemps le lecteur.

On lui doit déjà quelques romans qui font de lui un des très grands écrivains américains de ce temps : Un pied au Paradis, Un monde à l’endroit, Serena ou encore Une terre d’ombre qui lui a valu Le Grand Prix de la Littérature Policière en 2014. Dans Un silence brutal, le dernier roman de Rash paru en France dans la nouvelle collection « La Noire » chez Gallimard, il y a justement un personnage de poète. Une femme, la quarantaine, gardienne d’un parc naturel dans les Appalaches.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Louis Guilloux, l’irrécupérable

Avec la parution de L’Indésirable (Gallimard, 2019), un manuscrit inédit retrouvé, on reparle un peu de Louis Guilloux (1899-1980) et c’est tant mieux. Parce qu’il y a tout de même quelque chose de profondément injuste àvoir un écrivain majeur du siècle dernier aussi peu lu. Ses livres sont pourtant (...)

La police de l’émotion

Cette police de l’émotion, elle est d’autant plus efficace qu’il y a les chaines infos et les réseaux sociaux (Facebook, Twitter) pour quadriller les réactions des uns et des autres.

C’est à des événements comme l’incendie de Notre-Dame que l’on mesure à quel point la police del’émotion devient de (...)

A la Une :

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :