Le cynisme à six euros quatre vingt

par JEROME LEROY
Publié le 28 septembre 2019 à 03:41

l fallait s’y attendre. Macron veut rallumer le feu sur la question de l’immigration et du droit d’asile. En gros, faire l’éternelle politique de la droite, et de la droite la plus dure sur la question, celle de Sarkozy à l’époque du ministère de l’Identité Nationale. Et il tient à nouveau, en public et en privé, un discours qui a toujours existé et qui vise à détourner l’attention de sa politique antisociale.

Ce discours, il est simple, c’est celui du Rassemblement National. Le même, exactement le même. Un discours qui veut opposer les pauvres isolés dans leurs quartiers dégradés et des musulmans qui se radicaliseraient. Si ce n’était pas à pleurer, on en rirait : Macron critique même la bourgeoisie des centres-villes qui elle, serait indifférente à cette souffrance. Il semble oublier une chose, le Petit Père des Riches, c’est qu’il est le représentant le plus caricatural de cette

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le Joker ? Une bonne affaire...

Vous avez peut-être vu Joker ? On ne parle que de ce film qui cartonne au box-office. Joker raconte l’histoire malheureuse et violente de celui qui deviendra le pire ennemi de Batman.

Jusque là, le Joker était un simple méchant, un méchant déguisé en clown, le visage déformé par un (...)

Brexit romance

Vous ne comprenez rien ou pas grand chose au Brexit, vous vous demandez comment une vieille démocratie en est arrivée là ? Ne faites pas confiance aux journalistes, aux essayistes, aux éditorialistes. Ce n’est pas qu’ils soient (tous) malhonnêtes, c’est qu’ils n’y comprennent (...)

Un peu d’humanité

J’ai enseigné pendant dix-neuf ans dans un collège roubaisien, de la rentrée 1990 à la rentrée 2007. C’était une ZEP, une Zone Sensible, une Zone violence, etc. C’est-à- dire que cet endroit concentrait toutes les sortes de violences sociales, économiques, ethniques que l’on puisse (...)

A la Une :

Lire aussi :