Oublier les gilets jaunes, vraiment ?

par JEROME LEROY
Publié le 2 février 2019

Dans ses Commentaires sur la société du spectacle qui ont plus de trente ans, Guy Debord remarquait déjà : « Le gouvernement du spectacle, qui à présent détient tous les moyens de falsifier l’ensemble de la production aussi bien que de la perception, est maître absolu des souvenirs comme il est maître incontrôlé des projets qui façonnent le plus lointain avenir. » On ne pourra que constater, encore une fois, la justesse du penseur situationniste.

Quand on a suivi le mouvement des Gilets jaunes et qu’on a voulu vérifier ses intuitions après des conversations sur un rond-point, on a forcément été amener à faire un abus de chaînes d’infos continues qui nuisent gravement à la santé. C’est que l’apparition des chaînes d’infos continues puis celle des réseaux sociaux puis la merveilleuse communion des deux se sont définitivement substituées au réel et ont modifié notre « 

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

En attendant Alexandria

Dès qu’Alexandria Ocasio-Cortez sera élue présidente des Etats-Unis, je me ferai naturaliser Américain. Si on m’avait dit ça. Que je finirais ma vie aux USA, à écrire des poèmes en regardant la mer. Je pense choisir l’Oregon. Il y a des vignobles qui commencent à faire de bons (...)

Bolsonaro, un dernier facho avant la fin du monde

Fait n°1

Selon le WWF (le Fonds mondial pour la nature), les populations de vertébrés sauvages ont chuté de 60 % au niveau mondial entre 1970 et 2014. La dégringolade est encore plus marquée dans les zones tropicales.

Fait n°2

L’élection de Jaïr Bolsonaro à la tête du Brésil achève, si besoin était, (...)

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :