Oublier les gilets jaunes, vraiment ?

par JEROME LEROY
Publié le 2 février 2019 à 15:19

Dans ses Commentaires sur la société du spectacle qui ont plus de trente ans, Guy Debord remarquait déjà : « Le gouvernement du spectacle, qui à présent détient tous les moyens de falsifier l’ensemble de la production aussi bien que de la perception, est maître absolu des souvenirs comme il est maître incontrôlé des projets qui façonnent le plus lointain avenir. » On ne pourra que constater, encore une fois, la justesse du penseur situationniste.

Quand on a suivi le mouvement des Gilets jaunes et qu’on a voulu vérifier ses intuitions après des conversations sur un rond-point, on a forcément été amener à faire un abus de chaînes d’infos continues qui nuisent gravement à la santé. C’est que l’apparition des chaînes d’infos continues puis celle des réseaux sociaux puis la merveilleuse communion des deux se sont définitivement substituées au réel et ont modifié notre « 

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Abus de langage

Il y a quelque chose de frappant dans les démocraties libérales qui règnent sur la presque totalité de la planète. Elles se présentent comme les seuls régimes garants des libertés individuelles. Elles prennent pourtant à l’occasion des formes bien étranges. Elles s’accommodent de gouvernements fascisants (...)

Le bruit des éoliennes et celui des Gilets jaunes

On devrait proposer ce jeu dans les ateliers d’écriture : « Toi aussi, invente le mensonge le plus gros possible sur le sujet de ton choix. » On vient en effet d’apprendre, par le biais du Washington Post que Donald Trump, depuis son élection, a menti 9451 fois. Le journal a arrêté son décompte au (...)

Écologie ? Oui mais laquelle ?

C’est Le Figaro, célèbre journal écolo-bolchévique, qui annonçait dans son édition du 12 mars que la pollution de l’air faisait 790 000 morts par an en Europe dont 67 000 en France, estimation « plus pessimiste que jamais ».

Faut-il que la situation soit grave pour qu’un journal de droite ne puisse la (...)

A la Une :

Lire aussi :