Rouen : la suie sur un cerisier

par JEROME LEROY
Publié le 11 octobre 2019 à 12:46

Nous mourons nus. C’est le titre de la novela de James Blish qui m’est revenu en mémoire quand j’ai appris l’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen. Elle a paru il y a pile 50 ans, en 1969. Il n’y a pas de hasard : elle raconte comment le monde disparaît submergé sous ses propres ordures.

J’ai vécu à Rouen les vingt-cinq premières années de ma vie. C’est une ville dont je rêve souvent la nuit alors que je ne rêve jamais de Lille où je vis depuis trente ans. Je me promène dans des rues qui ne changent pas, avec des garçons et des filles qui ne vieillissent pas.

J’y retourne, pas assez souvent. Je sais là- bas un jardin enclos, une chaise longue entre un vieux cerisier et un laurier. J’ai lu et rêvé, dans cet endroit

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Une certaine impatience

ll suffit, au hasard d’une chaîne de cinéma, de regarder un film de 1980, - je pense à Cocktail Molotov de Diane Kurys - pour mesurer à quel point le monde s’est droitisé.

Cocktail Molotov se passe en mai 68. C’est un road movie lent avec trois jeunes gens. Il va d’abord les (...)

Le cynisme à six euros quatre vingt

l fallait s’y attendre. Macron veut rallumer le feu sur la question de l’immigration et du droit d’asile. En gros, faire l’éternelle politique de la droite, et de la droite la plus dure sur la question, celle de Sarkozy à l’époque du ministère de l’Identité Nationale. Et il tient à nouveau, en public et (...)

Richard Ferrand, poids lourd

La prise illégale d’intérêts est moins grave que le homard. Non, ceci n’est pas un message de Radio Londres, mais un exemple de l’échelle de valeur de la république macronienne.

Richard Ferrand, président de l’Assemblée Nationale a été mis en examen pour prise illégale (...)

A la Une :

Ascoval au régime de la douche écossaise

Les 270 salariés d’Ascoval, à Saint-Saulve, en sauront sans doute plus dès ce week-end. La chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Strasbourg a en effet convoqué, ce vendredi 21 juin, Ascoval et son repreneur British Steel ou plutôt, la holding qui est détenue par le (...)

Les Oliveaux Pourquoi tuer Kennedy ?

La tour n’est pas insalubre et les mesures de sécurité propre à ce type de construction sont respectées.

Pourquoi veulent-il abattre la tour Kennedy ? Le comité de défense (lire ci-des-sus) note que les visites de sécurité sont régulières et que les normes anti-incendie sont (...)

Lire aussi :