Samedi soir, dimanche matin

Publié le 16 octobre 2020 à 10:49

C’était samedi soir, le 10 octobre, assez tard. Pour la première fois de la journée que j’avais passée à lire et à écrire, j’ai allumé la télé, histoire de faire un tour rapide sur les chaînes info. On annonçait 27 000 nouveaux cas de contamination à la Covid-19. Il y avait les habituels bavards. Le fameux taux de positivité s’établissait à 11 %. Un nouveau record. On sentait une certaine angoisse sur le plateau. Pour la première fois, depuis longtemps, on commençait

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le Talon de Fer Complots

L’extrême droite était au pouvoir aux USA depuis quatre ans. À travers le personnage de Trump, elle est allée jusqu’au bout de sa logique et le bout de sa logique, c’est le déni psychotique et le complotisme.
Il y a quelque chose de fascinant dans la manière dont il s’accroche au pouvoir. Il (...)

Le Talon de Fer Le guignol préfaciste

Je comprends tout à fait que l’on puisse être conservateur, en France, comme en Amérique (je ne suis pas certain que le conservateur puisse comprendre qu’on soit communiste mais ce n’est pas là mon propos).
Je comprends donc tout à fait qu’on puisse être Républicain. Une fois qu’on en a (...)

Le Talon de Fer Le syndrome de Buridan

On connaît la fable de l’âne de Buridan, le philosophe médiéval qui avait imaginé une pauvre bête assoiffée et affamée qui, faute de choisir entre le seau d’eau et le picotin, finissait par mourir de faim et de soif.
Comment ne pas y penser en voyant le pilotage à vue du gouvernement ? (...)

Lire aussi :