Steve Caniço et la police progressiste

par JEROME LEROY
Publié le 30 août 2019 à 15:26

J’ai mis un certain temps, après la noyade de Steve Caniço tombé dans la Loire, à Nantes, pendant une charge de police à la fin de la Fête de la Musique, à trouver ce qui me turlupinait depuis que j’avais appris cette histoire tout de même incroyable par sa violence et la conception pour le moins assez étrange du maintien de l’ordre qu’elle révèle.

Une situation kafkaïenne, terrifiante, d’un silence politique, policier et judiciaire total qui signifie, très clairement, que la police peut vous tuer, directement ou indirectement, volontairement ou par accident. Même les syndicalistes de la police, même ceux de Nantes confient à mots couverts, qu’il y a eu un « gros problème » dans la proportionnalité de la riposte.

C’est tout de même frappant, l’image centriste que se donne ce pouvoir et la réalité de son action sur le terrain

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le Joker ? Une bonne affaire...

Vous avez peut-être vu Joker ? On ne parle que de ce film qui cartonne au box-office. Joker raconte l’histoire malheureuse et violente de celui qui deviendra le pire ennemi de Batman.

Jusque là, le Joker était un simple méchant, un méchant déguisé en clown, le visage déformé par un (...)

Brexit romance

Vous ne comprenez rien ou pas grand chose au Brexit, vous vous demandez comment une vieille démocratie en est arrivée là ? Ne faites pas confiance aux journalistes, aux essayistes, aux éditorialistes. Ce n’est pas qu’ils soient (tous) malhonnêtes, c’est qu’ils n’y comprennent (...)

Un peu d’humanité

J’ai enseigné pendant dix-neuf ans dans un collège roubaisien, de la rentrée 1990 à la rentrée 2007. C’était une ZEP, une Zone Sensible, une Zone violence, etc. C’est-à- dire que cet endroit concentrait toutes les sortes de violences sociales, économiques, ethniques que l’on puisse (...)

A la Une :

Lire aussi :