L’AFPA et les foudres du libéralisme

par Philippe Allienne
Publié le 8 novembre 2018 | Mise à jour le 13 novembre 2018

Et un coup de plus contre le service public. Qui dit mieux ?

Le 18 octobre, la direction de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) a annoncé un PSE du tonnerre. Avec un « s » pour « sauvegarde », le PSE est, faut-il le rappeler, un Plan de sauvegarde de l’emploi. Cela permet de « limiter le nombre de licenciements » et doit « favoriser le reclassement des salariés dont le licenciement est inévitable ». Le PSE, c’est ce qui remplace le plan social depuis 2002. Il apparaît dans la « loi de modernisation sociale » du 17 janvier 2002, sous le gouvernement Jospin.

Les mille cinq cent quarante et un salariés de l’

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

EUROPÉENNES Des candidats à l’écoute du terrain

« Depuis le meeting de Marseille, le 5 février, c’est mieux. Ça a donné la patate. Beaucoup de candidats ont retrouvé la pêche. » Ian Brossat, tête de la liste PCF aux élections européennes, mesure le bon accueil rencontré dans les médias et sur le terrain, à près de cent jours du scrutin. Il participait à (...)

Lire aussi :