L’AFPA et les foudres du libéralisme

par Philippe Allienne
Publié le 8 novembre 2018 à 14:35 | Mise à jour le 13 novembre 2018

Et un coup de plus contre le service public. Qui dit mieux ?

Le 18 octobre, la direction de l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (AFPA) a annoncé un PSE du tonnerre. Avec un « s » pour « sauvegarde », le PSE est, faut-il le rappeler, un Plan de sauvegarde de l’emploi. Cela permet de « limiter le nombre de licenciements » et doit « favoriser le reclassement des salariés dont le licenciement est inévitable ». Le PSE, c’est ce qui remplace le plan social depuis 2002. Il apparaît dans la « loi de modernisation sociale » du 17 janvier 2002, sous le gouvernement Jospin.

Les mille cinq cent quarante et un salariés de l’

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Quant un haut-commissaire risque de battre en retraite

Pour traiter l’épineux dossier des retraites, Emmanuel Macron a choisi de mettre entre parenthèses la méthode brutale des ordonnances et de confier la construction de la réforme à Jean-Paul Delevoye. Celui-ci s’est mis au travail dès 2017 afin de préparer, pour cette année 2019, une véritable refonte du (...)

Le peuple algérien veut retrouver sa fierté

Pour un peu, il nous ferait pleurer le vieux président Bouteflika. Très lourdement mis en cause par la rue depuis l’annonce de sa candidature à un quatrième mandat, alors que personne ne l’avait entendu ces six dernières années, le voilà qui écrit deux courriers presque coup sur coup. Le premier pour (...)

Nostalgie et sagesse libérale

Populisme, racisme, mensonge, morale rance... La lutte des classes n’a qu’à bien se tenir. La société libérale la surveille de près.

Cette semaine, le prix du mensonge, de l’exercice de la contre-vérité, reviens sans conteste à... Jean-Luc Mélenchon. A ce jeu, il est le plus fort. Pourquoi ? Parce que sa (...)

A la Une :

Lire aussi :