La retraite à 62 ans ? Vous plaisantez !

par Philippe Allienne
Publié le 25 janvier 2019 à 10:38

L’échéance de la réforme des retraites approchant, il fallait bien reprendre la concertation. Parce que, oui, il existe une concertation entre le gouvernement et ce que l’on nomme bien mal les « partenaires » sociaux. Parce que, oui, cette concertation était suspendue. Pour cause de gilets jaunes paraît-il.

L’échéance de la réforme des retraites approchant, il fallait bien reprendre la concertation. Parce que, oui, il existe une concertation entre le gouvernement et ce que l’on nomme bien mal les « partenaires » sociaux. Parce que, oui, cette concertation était suspendue. Pour cause de gilets jaunes paraît-il.

Sérieusement, il n’est pas question pour le gouvernement de mettre de l’huile sur le feu et d’affoler les syndicats en montrant ses muscles. C’est la méthode adoptée depuis le d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Mots clés :

Retraites

Ces articles peuvent vous interesser :

Notre-Dame et le grand rassemblement

"Un drame d’une rapidité effrayante ». Les mots sont empruntés à notre confrère La Voix du Nord. Ils ne font pas référence à l’incendie, lundi soir, qui a détruit une partie de Notre-Dame-de-Paris. Ce drame là s’est déroulé dans notre région, à Flers-en-Escrebieux environ 24 heures plus tôt. C’était dimanche (...)

Quant un haut-commissaire risque de battre en retraite

Pour traiter l’épineux dossier des retraites, Emmanuel Macron a choisi de mettre entre parenthèses la méthode brutale des ordonnances et de confier la construction de la réforme à Jean-Paul Delevoye. Celui-ci s’est mis au travail dès 2017 afin de préparer, pour cette année 2019, une véritable refonte du (...)

Le peuple algérien veut retrouver sa fierté

Pour un peu, il nous ferait pleurer le vieux président Bouteflika. Très lourdement mis en cause par la rue depuis l’annonce de sa candidature à un quatrième mandat, alors que personne ne l’avait entendu ces six dernières années, le voilà qui écrit deux courriers presque coup sur coup. Le premier pour (...)

A la Une :

Lire aussi :