Moutons noirs et projet néfaste

Publié le 27 novembre 2020 à 10:53

« Heureusement qu’on a les vidéos ! » C’est Hafida El Ali, l’avocate du producteur de musique parisien qui a été sauvagement tabassé le 21 novembre par trois policiers (en présence d’autres de leurs collègues) sous prétexte qu’il ne portait pas son masque à l’entrée de son studio, qui le dit.

Sans les images prises par les caméras de surveillance (que les policiers n’avaient pas remarquées), la victime aurait sans doute été condamnée pour outrage, violence et rébellion contre les forces de l’ordre. Les policiers, qui ont été suspendus après les preuves de leur violence, ont également menti, établi un faux rapport et proféré des injures racistes à l’égard du producteur.

Ces faits se sont déroulés deux jours avant l’évacuation violente de la place de la Ré

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Calais À Calais, les violences policières ne cessent pas

Un des responsables associatifs de l’Auberge des migrants, à Calais, a assisté, samedi 19 décembre, à une interpellation musclée d’une personne en exil et candidate à un passage vers la Grande-Bretagne. Il a photographié la scène. Cela n’a pas été du goût des policiers qui, prétextant qu’il ne portait pas (...)

Philippe Allienne Trump, Biden... Assange

Les événements qui viennent de se dérouler à Washington donnent froid dans le dos et, à cette heure, il serait présomptueux de tenter de prévoir l’avenir des prochaines semaines ou des prochains mois. On peut toujours y voir une opération de pieds nickelés à l’américaine. Il n’empêche qu’ils s’en sont (...)

Lire aussi :