Une France immobile et assistée, vraiment ?

par Philippe Allienne
Publié le 8 février 2019 à 14:19

Éditorialiste chez notre confrère Les Echos, l’ex-journaliste du Monde et très macroniste Éric Le Boucher porte un regard très particulier sur le mouvement des Gilets jaunes. Selon lui, «  il ne faudrait pas croire avec la crise des ’’gilets jaunes’’ et avec la mauvaise tournure anti-ISF que prend le grand débat que la France et un pays de gens éternellement égalitaristes, immobilistes et aigris. Il ne faudrait pas, après des semaines agitées, que la politique en revienne à la conclusion chiraquienne que les Français sont des râleurs frustrés et qu’il convient de ne rien changer sinon d’accéder à leurs demandes et les assister plus encore. Il est temps de rectifier cette triste perspective  ».

Joli constat qui défend un programme politique que l’on ne connaît que trop. Car enfin, reprocher une demande d’égalité et de justice fiscale relève de la pure indécence. Comment peut-on asséner de telles « vérités » de premier de la classe alors que l’on sait que la lutte pour un pouvoir d’achat d

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Notre-Dame et le grand rassemblement

"Un drame d’une rapidité effrayante ». Les mots sont empruntés à notre confrère La Voix du Nord. Ils ne font pas référence à l’incendie, lundi soir, qui a détruit une partie de Notre-Dame-de-Paris. Ce drame là s’est déroulé dans notre région, à Flers-en-Escrebieux environ 24 heures plus tôt. C’était dimanche (...)

Quant un haut-commissaire risque de battre en retraite

Pour traiter l’épineux dossier des retraites, Emmanuel Macron a choisi de mettre entre parenthèses la méthode brutale des ordonnances et de confier la construction de la réforme à Jean-Paul Delevoye. Celui-ci s’est mis au travail dès 2017 afin de préparer, pour cette année 2019, une véritable refonte du (...)

Le peuple algérien veut retrouver sa fierté

Pour un peu, il nous ferait pleurer le vieux président Bouteflika. Très lourdement mis en cause par la rue depuis l’annonce de sa candidature à un quatrième mandat, alors que personne ne l’avait entendu ces six dernières années, le voilà qui écrit deux courriers presque coup sur coup. Le premier pour (...)

A la Une :

Lire aussi :