Exégèse des lieux communs médiatiques

Et Jacques Toubon créa le rap français

Publié le 2 juillet 2019 à 10:32

Après l’invitation de (feu) Daniel Bilalian au JT de France 2, en sa qualité de ministre de la Culture et de la Francophonie - qui dépendait avant lui des Affaires étrangères, Jacques Toubon sera pêle-mêle ministre de la Justice, député européen, observateur d’élections présidentielles congolaises assurant à Denis Sassou N’guesso un score chiraquien, auteur d’un (seul) livre, président du conseil d’orientation de la Cité nationale de l’histoire de l’

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Le jour où Jean Genet est mort à la place d’Édouard Balladur

15 avril 1986. La droite a gagné les législatives de mars mais toutes les têtes de gauche ne sont pas tombées : Claude Sérillon présente le 20 h sur Antenne 2 -on dit aujourd’hui « France 2 »- et plus personne ne tient Sérillon pour quelqu’un de gauche. La musique du générique sonne comme les premières (...)

Et Giscard créa le Jeune

Sous ce titre, peu commun, Grégory Protche nous propose désormais un rendez-vous -tout aussi peu commun- avec la télévision d’hier. Éditeur, biographe, dictateur adjoint du Gri-Gri International et poseur de questions, ainsi qu’il se présente lui-même, le voici désormais chroniqueur pour Liberté Hebdo. (...)

A la Une :

Lire aussi :