Précaires, en galère, mais toujours déter’

Publié le 19 février 2021 à 16:27

C’est ainsi que nous pourrions résumer la situation des étudiant·es en France depuis le début de la crise de la Covid-19. Précaires, c’était leur situation il y a un an, quand ils devaient cumuler en plus de leurs études des petits boulots pour pouvoir subvenir à leurs besoins. Deux confinements plus tard, les restaurants et salles de spectacles toujours fermées ne leur permettent plus de travailler suffisamment pour pouvoir espérer payer loyer, alimentation et fournitures pour ét

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Douaisis Distribution solidaire devant l’Université d’Artois

Samedi 20 février, environ 80 étudiants ont pu bénéficier de la collecte réalisée par les militants communistes, sous l’impulsion de François Larivière, membre de l’Union des étudiants communistes, et de la section PCF du Douaisis. Cet après-midi là, ils ont distribué des denrées alimentaires mais aussi (...)

Simon Agnoletti L’écran de fumée permanent du gouvernement

Frédérique Vidal a passé une semaine compliquée. Prise au milieu de la tourmente sur l’islamo-gauchisme, elle tente de sortir de cette mauvaise passe en annonçant la gratuité des protections périodiques pour les étudiantes à la rentrée 2021. Financement ? Organisation ? Durée de l’opération ? Les (...)

Jérôme Leroy Le nouvel « en même temps » de Macron

On se doutait déjà, depuis son élection, que le « en même temps de droite, en même temps de gauche » de Macron ne voulait rien dire et masquait surtout une politique qui serait économiquement de droite et, à la marge, sociétalement de gauche. Et encore ne faut-il pas être trop exigeant sur le (...)

Simon Agnoletti De quels services publics a-t-on besoin ?

« Le service public, c’est le patrimoine de ceux qui n’en ont pas. » Cette maxime on ne peut plus célèbre revient sur le devant de la scène depuis plusieurs semaines, et même plusieurs mois, avec la pandémie de la Covid-19 et ses conséquences. On pense d’abord au service public hospitalier pour répondre (...)

A la Une :

Défusion ? Du divorce dans l’air à Bruay-La-Buissière

L’élection, cet été, à la tête de Bruay-La-Buissière de Ludovic Pajot (Rassemblement national) a tendu les relations entre Bruay et la commune associée de Labuissière au point qu’un nombre croissant de Labuissiérois envisagerait volontiers une défusion. Le mariage avait été célébré en 1987, du temps où (...)

Lire aussi :