Union européenne

Du bon usage de la souveraineté en Europe

La chronique de Recherches Internationales

par ROGALSKI MICHEL
Publié le 7 février 2020 à 16:05 | Mise à jour le 11 février 2020

La construction européenne et son empilement de traités entraîne à chaque fois plus de délégations de souveraineté de la part des États au bénéfice des bourgeoisies conservatrices. Le verrouillage causé par ces délégations risque cependant de renforcer les contraintes qui pèsent sur les États membres, au détriment de la démocratie, plutôt que de protéger et accompagner les peuples européens vers les changements souhaitables pour l’ensemble des citoyens.

Disons-le d’emblée, l’autarcie choisie, frileuse et repliée ne peut proposer un horizon enviable pour aucun peuple. Les pays qui se sont retrouvés dans cette situation ne l’ont pas choisie. Elle leur a été imposée. Et les conséquences ont souvent été douloureuses pour eux. Face à la mondialisation déferlante, la question n’est plus de la fuir, mais de savoir comment y faire face et s’en protéger, voir d’en tirer avantage

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Les faux durs

« La France est prête à reporter le paiement des acomptes de sa taxe digitale à décembre 2020 », a confirmé Bruno Le Maire. En contrepartie, les « États-Unis sont prêts à suspendre les sanctions » qu’ils menaçaient de prendre contre des produits français pendant ce temps. Autrement dit, dans le bras de fer (...)

A la Une :

Lire aussi :