La conversion à l’unité des démocrates en Algérie

Par Kamel Bencheikh*

Publié le 31 juillet 2020 à 16:23 | Mise à jour le 17 août 2020

Aucune institution et aucune réforme n’assureront la liberté des Algériens si ceux-ci n’en admettent pas les conditions et les limites, s’ils ne sont pas prêts en fait à en payer le prix. Bien qu’il tire son origine de mouvements révolutionnaires - explicables sinon justifiables par les fautes accumulées -, le Hirak peut encore être considéré comme une tentative de sauvetage de la démocratie. Pour que cette tentative réussisse, il faut que le peuple plus profondémen

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

élections La leçon américaine

Le clap de fin n’a pas encore mis un terme au mauvais feuilleton de l’élection présidentielle américaine. Donald Trump persiste à s’autoproclamer vainqueur, exacerbant ainsi les tensions. Pendant son mandat, il n’a cessé de diviser et hystériser le peuple américain. Les fausses promesses, les (...)

Algérie Algérie : où en est la gauche ?

Il faut indiquer, dès le début, que c’est le même régime qui gère l’Algérie depuis le 5 juillet 1962, date de l’indépendance du pays. Le FLN, qui regroupait l’ensemble des résistants contre la colonisation, était un cartel qui partait des militants marxistes jusqu’aux tenants du conservatisme (...)

Lire aussi :