Entretien avec Pierre Guerlain

Les États-Unis de l’après Trump s’inscriront dans la continuité

Publié le 6 novembre 2020 à 15:24 | Mise à jour le 9 novembre 2020

Au moment où nous mettions la dernière main à cette édition, les résultats définitifs de l’élection présidentielle américaine n’étaient pas connus. Il manquait encore six grands électeurs à Joe Biden qui, au coude à coude avec Donald Trump, était au bord de la victoire. Le point avec Pierre Guerlain, ancien professeur de civilisation américaine à l’université Paris-Nanterre.

Le scrutin qui oppose Donald Trump et Joe Biden est particulièrement serré et le président sortant sort l’arme des recours. Dans un article que vous avez récemment signé pour Liberté Hebdo [1], vous posez la question du système électoral que ne combattent pas les démocrates américains. Pouvez-vous préciser ?
Ce système est le système des Grands électeurs. Le collège électoral est anachronique et inique parce qu’il donne une prime aux petits États où il y a moins de minorités. C’est un facteur institutionnel qui existe depuis longtemps et contre lequel la classe politique ne se bat pas.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1« Les Démocrates américains veulent-ils perdre ? », Liberté Hebdo n° 1446 daté du 18 septembre 2020, page 13.

Ces articles peuvent vous interesser :

Le Talon de Fer Complots

L’extrême droite était au pouvoir aux USA depuis quatre ans. À travers le personnage de Trump, elle est allée jusqu’au bout de sa logique et le bout de sa logique, c’est le déni psychotique et le complotisme.
Il y a quelque chose de fascinant dans la manière dont il s’accroche au pouvoir. Il (...)

élections La leçon américaine

Le clap de fin n’a pas encore mis un terme au mauvais feuilleton de l’élection présidentielle américaine. Donald Trump persiste à s’autoproclamer vainqueur, exacerbant ainsi les tensions. Pendant son mandat, il n’a cessé de diviser et hystériser le peuple américain. Les fausses promesses, les (...)

Le Talon de Fer Le guignol préfaciste

Je comprends tout à fait que l’on puisse être conservateur, en France, comme en Amérique (je ne suis pas certain que le conservateur puisse comprendre qu’on soit communiste mais ce n’est pas là mon propos).
Je comprends donc tout à fait qu’on puisse être Républicain. Une fois qu’on en a (...)

Lire aussi :