Point de vue

Le statut de réfugié politique à l’épreuve de la géostratégie

par JEAN-CLAUDE CUVELIER
Publié le 5 avril 2019 à 19:14 | Mise à jour le 8 avril 2019

Au cœur de la Corne de l’Afrique, une région en complet bouleversement géopolitique, Djibouti est considéré comme une plaque tournante logistique pour les puissances navales et militaires du monde. La France y possède sa plus importante base militaire hors Métropole, avec 1450 militaires présents. Mais elle n’y est plus seule.

L’Europe, la Chine, les Etats-Unis, l’Inde, le Japon ou la Russie jouent un rôle qui dépasse la lutte contre les pirateries pour participer à une lutte stratégique entre différentes puissances pour le contrôle des voies maritimes, notamment celles qui vont du détroit de Bab el Mandeb à celui de Malacca. Par ailleurs, le conflit au Yémen et l’islamisme conquérant et vivace en Somalie, donne encore un peu plus d’importance à la place de Djibouti.

Les retombées générées par l

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

A la Une :

Lire aussi :