ENTRETIEN AVEC MICHEL ROGALSKI

Les ennemis des États-Unis se ressoudent

APRÈS L’ASSASSINAT DU GÉNÉRAL GHASSEM SOLEIMANI

Publié le 10 janvier 2020 à 19:32 | Mise à jour le 13 janvier 2020

Très proche de la direction au pouvoir en Iran, le général Ghassem Soleimani faisait figure de héros populaire. Même s’il n’y tenait pas, le peuple l’aurait bien vu jouer un rôle important au sein du pays. Son assassinat par les États-Unis, le 3 janvier, rebat les cartes dans la région. Les explications de Michel Rogalski, chercheur et directeur de la revue Recherches Internationales.

Qu’est-ce qui a motivé le président américain pour faire assassiner, sur le sol irakien, le général iranien Soleimani ?

Même s’ils s’en défendent, les États-Unis cherchent un changement de régime à Téhéran parce qu’ils ne peuvent rien attendre du régime actuel par rapport à leurs objectifs. C’est le sens des sanctions économiques prises à l’encontre de l’Iran. Alors, ils créent un état de confusion tel que cela pourrait susciter des réactions poussant à un changement de régime.

Quelles sont les raisons de Donald Trump pour décider un acte aussi fort ?

La première est qu’il considère que l’accord sur le nucléaire

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

La folie populiste

On admire beaucoup Trump dans une certaine droite française, dite populaire, dont la pensée se résume à la joie mauvaise quand le peuple (que la droite aime tant qu’il n’a pas de revendications sociales) donne une bonne leçon aux élites en votant pour des imbéciles ou des (...)

Ouiza Hammoudi Pour le dégagisme en Algérie

Chaque samedi après-midi, place de la République à Lille, se rassemblent des membres du collectif de solidarité avec la lutte du peuple algérien. À l’instar de Ouiza Hammoudi, enseignante arrivée en France en 2002, ils ne reconnaissent pas le nouveau président Abdelmadjid Tebboune. « Il est illégitime. (...)

A la Une :

Lire aussi :