Disparition d’Amath Dansokho

Une conscience africaine s’est éteinte

par ANDRE CICCODICOLA
Publié le 30 août 2019 à 20:48

Figure historique de la gauche sénégalaise et africaine, grand intellectuel communiste , Amath Dansokho est né le 13 janvier 1937 à Kédougou dans un pays sous la férule de la colonisation française. C’est au lycée Faidherbe de Saint Louis où jeune interne, il conduira sa première grève en refusant de voir servir du riz charançonné aux repas.

Comme le rappelle l’Humanité, six décennies plus tard, en 2012, à la veille des élections présidentielles, « on le retrouve appuyé sur sa canne manifestant dans les rues de la capitale sénégalaise » contre le régime corrompu d’Abdoulaye Wade et pour l’union des démocrates autour de la candidature de Macky Sall.

Il sera la cheville ouvrière du programme progressiste porté avec succès par ce dernier. « Nous l’appelons Mandela parce qu’il est, pour nous Sénégalais, à ce niveau-là  », déclarait l’actuel président sénégalais, qui l’avait nommé au rang de ministre d’État. Lycéen rebelle, Amath Dansokho dira que son premier modèle fut Léop

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.

Je m’abonne pour un mois A partir de 5€ Je m’abonne pour un an A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Ouiza Hammoudi Pour le dégagisme en Algérie

Chaque samedi après-midi, place de la République à Lille, se rassemblent des membres du collectif de solidarité avec la lutte du peuple algérien. À l’instar de Ouiza Hammoudi, enseignante arrivée en France en 2002, ils ne reconnaissent pas le nouveau président Abdelmadjid Tebboune. « Il est illégitime. (...)

A la Une :

Lire aussi :