Entretien avec Pierre Guerlain

Les États-Unis de l’après Trump s’inscriront dans la continuité

par Philippe Allienne
Publié le 6 novembre 2020 à 15:24 Mise à jour le 9 novembre 2020

Au moment où nous mettions la dernière main à cette édition, les résultats définitifs de l’élection présidentielle américaine n’étaient pas connus. Il manquait encore six grands électeurs à Joe Biden qui, au coude à coude avec Donald Trump, était au bord de la victoire. Le point avec Pierre Guerlain, ancien professeur de civilisation américaine à l’université Paris-Nanterre.

Le scrutin qui oppose Donald Trump et Joe Biden est particulièrement serré et le président sortant sort l’arme des recours. Dans un article que vous avez récemment signé pour Liberté Hebdo [1], vous posez la question du système électoral que ne combattent pas les démocrates américains. Pouvez-vous préciser ?
Ce système est le système des Grands électeurs. Le collège électoral est anachronique et inique parce qu’il donne une prime aux petits États où il y a moins de minorités. C’est un facteur institutionnel qui existe depuis longtemps et contre lequel la classe politique ne se bat pas.

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 1 mois A partir de 3 € Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Notes :

[1« Les Démocrates américains veulent-ils perdre ? », Liberté Hebdo n° 1446 daté du 18 septembre 2020, page 13.