Arras : chut, la démocratie dort !

Publié le 5 juin 2020 à 09:24

Commerces et marchés sont ouverts. Les écoles accueillent à nouveau les enfants. Cafés et restaurants reçoivent à nouveau des clients. René Chevalier, secrétaire de la section PCF d’Arras (62) s’étonne que la Maison des sociétés, qui regroupe syndicats et associations, ne soit toujours pas ouverte. Il s’est fendu d’un courrier le 3 juin au maire, Frédéric Leturque, en demandant que les occupants « puissent se réunir à nouveau en respectant, bien sûr, les règles sanitaires dans leurs locaux ». Sauvez l’économie, mais sauvez le social aussi Monsieur le Maire. Et surtout,

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

États-Unis Il était une fois en Amérique

60 000. C’est le nombre de personnes (en priorité Afro-Américaines) qui auraient subi une stérilisation forcée au XXème siècle aux États-Unis. Cette pratique, organisée par une partie des États américains jusqu’en 1974, soit encore bien après le mouvement des droits civiques, illustre le gouffre encore (...)

Al Jazeera Al Jazeera plus forte que l’UE

C’est l’enquête d’un journaliste d’Al Jazeera qui aurait fait plier Chypre sur la pratique des « passeports dorés ». Le principe ? Accorder un passeport européen à de riches investisseurs étrangers contre des investissements importants (2,5 millions d’euros), tels que l’achat d’une luxueuse villa sur (...)

Paris Roland Garros nous fait les poches

À peine le tournoi de Roland-Garros terminé, les organisateurs ont annoncé que, pour la première fois, il faudra payer pour voir la retransmission de certains matchs l’année prochaine. Diffusées le soir, les fameuses « night sessions », seront diffusées non pas sur les chaînes publiques du groupe France (...)

Arras Ne souriez pas, vous êtes filmée !

Sandrine R. est enseignante à l’université de Lille. Ce jour-là, elle voyage à bord du TER qui la ramène d’Arras où elle avait participé à une réunion. Portant le masque obligatoire, elle était occupée à consulter son smartphone quand quatre policiers s’approchent de son siège. L’un d’eux lui adresse un (...)

Lire aussi :