Kremlin

Aux Philippines, être communiste se paie de sa vie

Publié le 23 mars 2021 à 10:52

« Tuez-les sur le champ, ignorez les droits de l’homme, c’est un ordre. Si quelqu’un doit aller en prison, ce sera moi. » Vendredi 5 mars, le président Rodrigo Duterte a appelé la police et les soldats à « achever » les « rebelles communistes ». Deux jours après, 24 perquisitions étaient menées et neuf militants des droits sociaux tués. Le président philippin n’a jamais hésité à appeler au meurtre de ceux qui le dérangent et ne s’en cache pas. À son arrivée au pouvoir en 2016, il avait déjà donné son approbation à l’exécution de milliers de personnes impliquées dans le trafic de drogue puis, en 2018, i

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.
Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal, abonnez-vous à Liberté Hebdo.
Je m'abonne pour 12 mois A partir de 35 €

Déjà abonné ?

Identifiez-vous