Couvrez ces lycéennes que je ne saurais voir

Publié le 18 septembre 2020 à 17:16 | Mise à jour le 21 septembre 2020

Une vague de révolte agite les lycéennes de la région. Et non, ce n’est pas à cause du coronavirus mais d’une autre épidémie, celle de la misogynie. La semaine dernière, des jeunes filles du lycée Branly à Boulogne-sur-Mer auraient été interpelées par un surveillant car elles ne portaient pas de soutien-gorge ou parce que leur « tenue invitait au viol » ont raconté les élèves. Une autre clame, elle, avoir reçu une heure de colle pour une tenue jugée trop courte. En réaction, une ci

L’accès à la totalité de cet article est protégé

Il vous reste à lire 80% de cet article.

Pour avoir accès à ce contenu et pour soutenir notre journal,abonnez vous à Liberté Hebdo.


Je m’abonne pour un mois
A partir de 5€

Je m’abonne pour un an
A partir de 70€

Déjà abonné ?

Identifiez-vous

Ces articles peuvent vous interesser :

Al Jazeera Al Jazeera plus forte que l’UE

C’est l’enquête d’un journaliste d’Al Jazeera qui aurait fait plier Chypre sur la pratique des « passeports dorés ». Le principe ? Accorder un passeport européen à de riches investisseurs étrangers contre des investissements importants (2,5 millions d’euros), tels que l’achat d’une luxueuse villa sur (...)

Paris Roland Garros nous fait les poches

À peine le tournoi de Roland-Garros terminé, les organisateurs ont annoncé que, pour la première fois, il faudra payer pour voir la retransmission de certains matchs l’année prochaine. Diffusées le soir, les fameuses « night sessions », seront diffusées non pas sur les chaînes publiques du groupe France (...)

Agnès Pannier-Runacher Rétablissez-moi cet article ASAP* !

L’hémicycle était presque vide vendredi dernier quand le gouvernement a fait rétablir, de force, l’article 25 du projet de loi dite Asap (d’accélération et de simplification de la vie publique). Deux jours plus tôt, lors de la discussion en séance, les parlementaires de droite comme de gauche avaient (...)

Lire aussi :